En résumé – mars

Après le petit post sur le mois de février – court mais chargé -, il fallait bien que je continue. Ça aurait pris du temps mais il est là. Oui, je l’avoue j’ai dû rédiger les deux mois en même temps parce que j’avais eu trop la flemme de télécharger mes photos depuis mon téléphone. Voilà. Un mois chargé, parce que, finalement, je crois que je supporte pas de ne rien faire et que j’ai développé une addiction aux concerts. Genre, vraiment. 

J’espère que vous êtes prêts à être tout aussi surpris que ce cher Monsieur Bazin à la vue des photos. Déso pas déso, la mif. Allez, on t’aime quand même. Un peu

Évidemment, on perd pas les bonnes habitudes et on a bien mangé. C’est chez Engimono qu’on s’est fait un petit pétage de bide bien sympa. :))) Si vous aimez la nourriture chinoise, vous allez être ravis

Ensuite, y’en a deux qui ont adoré regarder la lune sous les coups de deux heures du matin… C’était sympa à regarder, je l’avoue. Et, puis, après, l’un des deux, dont je tairais le nom – pour préserver sa dignité – a fait un petit tour du bol de la Guillotière. Sans skate. Parce que c’est bien plus drôle ainsi. Enfin, j’imagine que c’était l’idée. 

Et, là, petit highlight de la semaine. Alors qu’on attend tous impatiemment la sortie de Morale 2 de ce cher Roméo Elvis, mais aussi de Grand Cru du Burbigo, j’apprend que ce bon vieux Deen est en dédicaces à Lyon. Ni une ni deux, je pars à la recherche de l’album qui se vend déjà la veille de sa sortie. Je tombe sur une vendeuse adorable. Elle va même me chercher le vinyle en réserve. Petite pépite. J’arrive donc au magasin Cinitic où l’ancien sera dans genre trois heures. Je suis en avance, c’est rare. Aussi, j’arrive en robe Fila devant la boutique dont la vitrine est pleine à craquer de la marque. Je me sens un peu bête tout de même. Du coup, je passe dans les premiers vu que je suis là depuis mille ans. Je lui sors le vinyle. Le Burbigo est assez surpris. Suffisamment pour faire une petite story Instagram.  Je suis trop intimidée. C’est la troisième fois que je le vois, le charme fait toujours son effet

Ah, oui. Cette journée c’était un peu le bordel. En sortant de la dédicace, je fonce dans le 7eme. J’ai rendez-vous chez Biribi pour un tatouage par le Crayoner, invité au studio. Donc voilà : oui, j’ai une banane au poignet

Ensuite ? C’est la Saint Patrick. Tiens donc. En passant, je peux vous expliquer que j’ai habité quatre mois à Dublin, pour ma licence. Avec ma petite vie là-bas – une colocation à huit, un job, un copain et beaucoup de soirées avec les copains –, j’ai gardé quelques habitudes. Alors, la Saint Patrick, c’est important. Avec Alex, mon meilleur pote depuis ce temps en Irlande, on a la coutume de fêter cet événement comme il se doit. Une jolie petite soirée. Pleine de houblon et de paillettes. Oui, oui

Point important : on a eu un temps magnifique en ce mois de mars et je ne me remets pas de la perte de ses précieux degrés. Avec Bazin, Baratine Moi et Flo, on se retrouve au parc de la Tête d’Or. Rien de mieux pour décuver de la soirée de la veille. Rien à voir avec la Saint Patrick, c’est encore un autre week-end riche en Chouffe

En mars, je me suis aussi chauffée pour une petite escapade parisienne. Je suis surtout montée en deux-deux pour un concert au Palais de la Porte Dorée dont vous allez pouvoir lire tous les détails ici : là gamin. Du coup, voilà. Me voici à Paris pour deux soirées. La deuxième bien chargée me tient éveillée plus de vingt-quatre heures d’affilée. J’ai bien dormi dans le train pour revenir, c’était cho. Je suis allée voir ce bon Monomite au Pop-Up du Label avec Wayne Snow. C’était vraiment cool. Après, on se motive et on finit à la Mano. Une bonne soirée, quoi

Après, c’est le contre-coup du retour… Il fait moins beau, certes, mais il y a du soleil dans mon cœur. Et pour cause : c’est le Air Max Day. Ce qui veut dire qu’il est temps pour moins de batailler pour shopper mes Vapormax. Et, comme vous pouvez le voir ici, je les ai eu et je les adore. 

Allez, on se retrouve le mois prochain pour le résumé d’avril. Ça va être dingue, promis

© Propriété exclusive de www.yungpocah.com | Textes par Steffi J.