Ninkasi Kafé, Lyon

Si vous ne connaissez pas ces types, je suis contente de vous montrer la lumière. Pour tout vous dire, la première fois que j’ai pu les voir sur scène, c’était il y a pas si longtemps. On revient en septembre dernier, le 21. Deux jours avant mon anniversaire, soit dit en passant… On est à la Cigale pour le Redbull music Academy Festival. Je viens de rencontrer Élisa et Périne (dont je vous parlais ici très brièvement).

On parle, mais devant la salle un type est au téléphone. Comme tous les artistes arrivés avant, il ne sait pas par où entrer. J’avoue que j’ai tout à fait bugué. Sa dégaine me dit que le type sera sur scène ce soir. Je n’ai aucune idée de qui c’est, mais ouais, je retiens. Il s’avère ensuite que le type n’est nul autre que Loveni, un des trois compères de Bon Gamin. Sur scène, il est accompagné d’Ichon. Ce dernier porte une veste en jean estampillée de « FDP » colorés. J’adhère. Et, derrière eux. Last but not least : Myth Syzer, leur beatmaker de génie et le troisième élément irremplaçable du crew. 

La performance me conquis. Aucun doute. Du coup, quand Ichon passe à Lyon avec Prince Waly, je me retrouve évidemment au premier rang. Et, quand les trois mousquetaires annoncent une tournée sobrement intitulée Bon Gamin Pour La Nuit, je suis toute émoustillée. 

Bon Gamin Pour La Nuit

 « Bon Gamin, c’était juste un surnom d’une bande de potes en fait. Puis c’est devenu un crew au début, et maintenant un groupe. Avec beaucoup de gens derrière, des gars qui font de tout, au-delà de nous trois », expliquait Loveni à Konbini. Pour compléter la définition, Ichon ajoutera : « Mais ce qui a fait que Bon Gamin est devenu ça aujourd’hui, c’est depuis l’arrivée de Myth Syzer. Il a concrétisé le fait qu’on soit un groupe. »

Et, c’est d’ailleurs le principal intéressé qui va expliquer la dynamique de groupe. « On a tous des trajets super différents au final tu vois, mais on se rejoint tout le temps à un moment, on vise la même direction. On peut bosser chacun des projets à côté, avec d’autres artistes, mais on se retrouve tout le temps parce qu’on est soudés en tant que frérots. Donc on sera toujours ensemble, coûte que coûte… à part si l’un se tape la meuf de l’autre, ça sera fini tu vois », raconte Syzer.

Je vous avoue : je voulais vous sortir un historique détaillé. Je voulais vous expliquer comment était né Bon Gamin et tous les trucs qui se sont passés depuis. Parce que, comme dans tout le rap français, il y a forcément des embrouilles, des sons qui ont fait la diff et des rencontres qui ont tout changé. Mais du coup, flemme. Alors, pour me rattraper, je vais juste vous faire une petite compilation des sons qui sont toujours dans mes écouteurs. De Bon Gamin, mais aussi de leurs divers projets. Vous allez comprendre que c’est pas n’importe qui. En attendant leurs prochains projets : enjoy, la mif

 

 

Du coup, il y aussi Ikazboi. On est vraiment gâtés, putain. Bon j’étais un peu alcoolisée, je n’ai tilté que très tardivement. Oopsie.


 

Bonus

À plus, sûrement à Genève pour le prochain… On ne m’arrête plus ! 

© Propriété exclusive de www.yungpocah.com | Textes par Steffi J.